To Rome with love : amours théâtrales et burlesques dans les ruelles de la capitale italienne

Publié le par Poppilita

http://toutelaculture.com/wp-content/uploads/2012/04/To-Rome-with-Love-affiche-300x300.jpg

To Rome with love, le dernier film de Woody Allen est un petit bijou léché dans lequel les Américains ne sont pas tout à fait grotesques et les Italiens  pas tout à fait caricaturaux. Sous le ciel orangé de Rome, dans les ruelles de la ville romanesque, bat le pouls d’une drôle de comédie. La dernière d’un Woody Allen, vieillissant, égal à lui-même et renouvelé.

On y découvre les histoires emberlificotées d’Italiens qui aiment des Américainse, d’Américains qui veulent épouser des Italiennes et qui ont en commun un amour démesuré pour cette ville qui les as vu changer. On y rencontre Haylee dont les parents débarquent pour venir rencontrer son fiancé italien. Et si le père de Haylee est terrifié par la mort, le père de son fiancé, dirigeant d’une entreprise de pompes funèbres lui offrira curieusement une nouvelle jeunesse. Il y a aussi Leopoldo Pisano, Romain moyen propulsé, d’un jour à l’autre au sommet d’une célébrité qu’il ne comprend pas, qu’il déteste mais après laquelle il ne cessera de courir une fois qu’elle se sera évanouie. Woody Allen nous offre une critique romancé de cette société qui met sur un piédestal absurde ces « personne » leur offrant une scène pour exprimer leurs riens. On y trouve aussi un jeune couple provincial auquel la capitale offrira un sacré baptême à coup de situations cocasses très théâtrales. Et puis on y rencontre un jeune Américain absorbé par la meilleure amie de sa fiancé qui saura égrainer les bons mots aux bons moments. Un couple dépareillé qui offrira une belle démonstration de l’illusion amoureuse.

Woody Allen exploite avec charme et brio l’image romantique de la capitale italienne, un peu comme il l’avait fait l’année dernière avec celle de Paris où quelques années plus tôt avec celle de Barcelone. A Rome, se joue donc, sous sa caméra, une farce sans dessus dessous.

Il semble d'ailleurs beaucoup s’amuser à s’immiscer lui-même dans cette comedia del arte. Et il nous amuse au moins tout autant. Il aura amené avec lui une ribambelle d’acteurs très bien choisis qui auront livré eux-aussi leur âme à Rome. Parmi eux, Jesse Eisenberg (The social network) en amoureux illusoire transi, Penelope Cruz en prostituée italienne splendide, Alec Baldwin en apparition rationnelle et fantasmagorique, Ellen Paige en fantasme manipulateur, Ornella Mutti en comédienne italienne (quoi d’autre ?) , Roberto Benigni frappé par la foudre de la célébrité et bien d’autres comédiens italiens très très belles et beaux dont je ne connais pas le nom.

Woody Allen signe une déclaration d’amour à Rome, à la jeunesse éternelle, au romantisme maniéré, au théâtre italien et puis à la langue qui s’y murmure doucement : l’italien ou la poésie chantée du quotidien.

To Rome with Love, actuellement au cinéma. Pour votre plus grand bonheur.

Publié dans Grand écran

Commenter cet article

Sarah 26/10/2012 10:03


Aaaah je suis tellement triste de ne pas avoir pu voir ce film! Et ta critique me fait encore plus regretter!

armelle 13/07/2012 17:38


Tout à fait d'accord. Mais aujourd'hui, il est bien vu de faire le moue sur les dernières réalisations de Woody Allen. Ce fut le cas pour "Midnigt in Paris" qui fut néanmoins un succès
auprès du public qui, la plupart du temps, ne partage pas les dicktats de la presse. Il en sera de même pour celui-ci, où l'on retrouve avec plaisir la malice de ce vieux jeune homme
qui tranche agréablement avec le misérabilisme ambiant. 

Poppilita 16/07/2012 01:33



exactement merci pour ton passage !



Theoma 09/07/2012 17:11


il a bcp de mauvaises critiques, moi j'ai passé un excellent moment !

Poppilita 09/07/2012 17:29



moi aussi !



Aurore 09/07/2012 17:09


Toutafait d'accord. Bel article, bonne analyse !

Poppilita 09/07/2012 17:29



merci !